Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 11:47

*** et quand nous sommes des glands.. :

statistiques chômage janvier 2015 : ( les élections sont là...)

Tout est une histoire de catégorie, si la catégorie 1 de chômeur baisse, le nombre total de chômeurs, lui, augmente !!

''Catégories A, B, C, D, E (quand on prend en compte toutes les différentes catégories et également nos DOM-TOM et tout le toutim ; unité : en milliers), alors nous obtenons :
- décembre 2014 : 6 284,9 ;
- janvier 2015 : 6 362,2.

-Et voilà en France, en 2015, comment une hausse de 77 300 chômeurs de plus d’un mois sur l’autre se transforme sans que personne n’y trouve rien à redire en une baisse historique de 18 000 chômeurs de moins qu’il faut célébrer collectivement en bénissant le gouvernement qui nous dirige !

( http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/PI-Mensuelle-NZE88.pdf )

( personne n’en a rien à foutre car les gens préfèrent le mensonge qui rassure à la vérité qui dérange, alors tout va bien dans la maison qui brûle)

** Dans le royaume des faux-culs : depuis quand serait-il malséant d'aller à Damas plutôt qu'à Riyad ou Doha -Dubaï... Bachar Al Assad serait moins fréquentable sans doute que nos acheteurs d'armes....

***Je me dit que Alain Juppé en incitant à voter PS avoue le cartel UMPS et ouvre la porte au vote FN, ce n'est pas un acte républicain et l'on peine à voir où veut aller l'UMP avec sa motion de censure et son vote contre la timide avancée de Macron....

***Finances publiques et Déficit : La Commission européenne a jugé que la France connaissait des déséquilibres macroéconomiques "excessifs" et a placé le pays à 5 sur une échelle de 6. Seule la Bulgarie a connu mercredi un traitement similaire. La phase 6 est celle qui peut activer les sanctions, ce pourrait arriver dès le printemps, a expliqué une source européenne. D'ici là, Paris va devoir présenter un plan national de réformes "ambitieux". Si les mesures ne sont pas jugées satisfaisantes en mai, Bruxelles demandera un plan correctif et si ce n'est toujours pas suffisant, le pays risquera alors une sanction financière, ce qui serait du jamais vu. '''

***En attendant, c'est reparti pour de nouvelles élections cantonales et comment va se comporter le collège électoral : on renouvelle tous les vieux décatis ou on permet l'accès à des hommes ou femmes neufs, mais les promesses vont submerger les meetings car on sait bien que les promesses n'engagent que ceux qui y croient en les écoutant, du bon pain virtuel ou une ligne d'horizon injoignable...

Partager cet article

27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 09:55
**Le mirage du PIB
Écrit le 25 février 2015
Comme le rappelle Marie Monique Robin dans son ouvrage Sacrée croissance ! , Simon Kuznets, lauréat du prix de la banque de Suède en mémoire d’Alfred Nobel, avait montré il y a déjà soixante ans que le « revenu national » — l’ancêtre du PNB (produit national brut) et du PIB (produit intérieur brut) — ne mesure que quelques aspects de l’économie et ne devrait jamais servir à évaluer le bien-être, voire les progrès d’une nation : « Le bien-être d’un pays peut […] difficilement se déduire de la mesure du revenu national », écrivait Kuznets dès 1934. Il attirait l’attention sur le fait qu’il ne fallait pas se contenter de s’interroger sur ce qui augmente quantitativement, mais sur la nature de ce qui augmente : « Il faut garder à l’esprit la distinction entre quantité et qualité de la croissance […]. Quand on fixe comme objectif « plus » de croissance, il faudrait préciser plus de croissance de quoi et pour quoi faire ».
Il y a près de quarante ans déjà, alors qu’il se présentait à la présidence des États-Unis, le sénateur Robert Kennedy déclarait de façon visionnaire :
« Nous avons trop et trop longtemps abandonné l’excellence et les valeurs de la société au profit de l’accumulation de biens matériels. […] Ce PIB comptabilise la pollution de l’air et la publicité pour les cigarettes et les revenus des ambulances qui s’occupent des blessés lors des accidents de la route. Il prend en compte la destruction de nos séquoias et de nos merveilles naturelles dans une expansion chaotique. Il prend en compte le napalm et le coût des ogives nucléaires, ainsi que les voitures de police blindées qui combattent les émeutes dans nos rues. Il prend en compte les fusils et les couteaux, ainsi que les programmes de télévision qui glorifient la violence afin de vendre des jouets à nos enfants.
Mais le produit intérieur brut ne tient pas compte de la santé de nos enfants, de la qualité de leur éducation, ou du plaisir de leurs jeux. Il ne prend pas en compte la beauté de notre poésie ou la solidité de nos mariages ; l’intelligence de nos débats publics ou l’intégrité de nos responsables officiels. Il ne mesure ni notre humour ni notre courage ; ni notre sagesse ni nos connaissances ; ni notre compassion ni notre dévouement pour notre pays ; en résumé, il mesure tout, sauf ce qui donne de la valeur à notre vie. »
Or, rien ne peut remplacer l’air pur, une végétation intacte et des terres saines et fertiles. Il est donc essentiel de distinguer et d’évaluer à leur juste valeur les différents types de capitaux – industriels, financiers, humains et naturels – et d’accorder à chacun l’importance qu’il mérite.
Marie-Monique Robin, (2014). Sacrée croissance ! La Découverte.
À lire également: Dominique Meda,(2008). Au-delà du PIB: Pour une autre mesure de la richesse . Editions Flammarion.
-par Matthieu Ricard -

Partager cet article

26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 10:13
** Mon nom est Alcide Repart, j'ai 53 printemps au compteur de ma vie.

Après de nombreuses années passées en Australie, je suis revenu voici
quelques mois afin de reprendre la petite entreprise de mon père, qui était
fabricant de brouettes. Chacun se souvient de ce célèbre slogan des années
1960 « Quand toutes les autres s'arrêtent, seule la brouette Repart... »

En fin d'année 2014, j'ai mis au point une nouvelle brouette, plus légère
et plus stable, avec laquelle je pense augmenter mon revenu, qui sinon
demeurera bien modeste. Si les ventes suivent, je ne pourrai pas assumer
seul la fabrication, et il me faudra embaucher un compagnon dans l'atelier.
J'avais pensé demander à Marcel, qui est un brave gars du village et qui
recherche justement du travail. Mais ne connaissant rien aux lois
françaises, car je suis resté longtemps loin du pays, j'ai parlé avec des
amis artisans, je suis allé à la chambre des métiers, j'ai consulté
internet, et je vais vous expliquer pourquoi je n'embaucherai pas Marcel.

Je pensais donner à Marcel 100 euros par jour, s'il me fabrique quatre
brouettes. Enfin moi je peux en construire quatre, parce que je ne compte
pas mes heures. Mais j'ai appris qu'une loi interdisait de faire travailler
un employé plus de sept heures. Alors je ne comprends pas pourquoi Marcel,
travaillant moins que moi, et fabricant donc moins, gagnerait plus que moi
sans avoir aucune responsabilité.

Voilà pourquoi je n'embaucherai pas Marcel, parce que, voyez-vous, je suis
constructeur de brouettes, pas philanthrope.

Ces 100 euros journaliers, je comptais lui donner chaque vendredi soir, à l'issue de la semaine de travail, comme le faisait mon père autrefois, soit 500 euros tout rond s'il a travaillé du lundi au vendredi, et 400 euros si la semaine compte un jour férié. Mais j'ai appris que désormais, on devait
payer les salariés chaque mois, ce qui est totalement niais vu que, chacun le sait bien, les mois n'ont pas le même nombre de jours et sont semés de jours fériés... Ce n'est peut-être pas la faute de Marcel, mais en tout cas pas de la mienne. Je ne vois pas pourquoi je lui donnerais la même somme en février qu'en janvier, car mon père m'a toujours appris qu'à tout salaire doit d'abord correspondre un travail.

Voilà pourquoi je n'embaucherai pas Marcel, parce que, voyez-vous, je suis
constructeur de brouettes, pas une banque chargée de compenser les bosses
du calendrier.

Je croyais aussi qu'il suffisait de lui donner cet argent, et de le
déclarer aux Impôts, pour être en règle avec la loi. Mais j'ai appris qu'il fallait écrire un bulletin, avec une bonne vingtaine de lignes, et prendre à Marcel, sur l'argent que je lui dois, un certain pourcentage, pour aller le donner à une palanquée d'organismes divers aux noms exotiques : Urssaf, pôle emploi, etc... Sur les 500 euros hebdomadaires que je comptais donner moitié. J'ai objecté qu'alors, il ne pourrait pas vivre. On m'a répondu que
certes il ne vivrait pas bien du tout, mais que par contre il était assuré
contre tous les accidents de la vie : la maladie, la vieillesse, les
coupures de doigts, la maternité (pour ceux qui n'ont pas suivi, Marcel est
un mâle...), le chômage, la petite et la grande vérole (la petite c'est en
standard, mais la grande c'est avec supplément), la grippe espagnole, et
même le décès... Alors j'ai dit que tout ça était idiot, puisque Marcel pouvait très bien s'assurer lui-même pour ce qu'il voulait et que sa vie privée ne me regardait pas. En outre son grand-père possède un joli vignoble car il héritera bientôt de cette vigne. En outre sa grand-mère va lui léguer , donc il ne sera jamais dans le besoin en cas de chômage car il donc cotiser pour la retraite ne servira à rien.
Et enfin j'ai argué que je ne comprenais rigoureusement rien à leurs
paperasses et que j'avais autre chose à faire le soir, après avoir assemblé
mes quatre brouettes, que de remplir des papiers et faire des chèques pour des risques qui ne me concernaient pas. On m'a méchamment répondu que c'était comme ça la solidarité en France depuis la guerre et que ce n'était pas autrement, et que si je ne payais pas tout ça on me traînerait devant une cour de justice et on me prendrait cet argent de force.
Voilà pourquoi je n'embaucherai pas Marcel, parce que, voyez-vous, je suis constructeur de brouettes, pas scribouillard et redistributeur d'argent. Et que la nuit, j'ai besoin de me reposer. Et que, pour avoir donné un travail à quelqu'un de mon village, je ne veux pas courir le risque de finir devant un un tribunal.

J'ai toutefois demandé ce qui se passerait, si j'étais assez fou pour m'occuper de ces problèmes, au cas où Marcel se trouverait immobilisé par une brutale lombalgie après avoir riveté toute la journée. Avec un tel montant de cotisations, je ne doutais pas que Marcel fut choyé comme un prince, et que ladite assurance me fournirait pronto un Marcel bis pour continuer le travail. On m'expliqua alors que Marcel percevrait 80% de son salaire, puisque ce n'était pas de sa faute s'il était sans revenu, mais que moi, par contre, je devrais fournir les 20% restant, soit quasiment 300 euros par mois, jusqu'à ce que le Rhône se jette dans l'Euphrate, au nom d'une mystérieuse convention signée autrefois par une secte très occulte qu'on appelle partenaires sociaux. J'objectai que si Marcel avait une lombalgie, ce n'était pas ma faute non plus et que son assurance n'avait qu'à s'en occuper (c'est d'ailleurs à ça que ça sert, une assurance...). Et que si moi, je devais construire encore plus de brouettes pour payer ces 300 euros, c'est moi qui aurais la colonne vertébrale en quenouille. On me rétorqua alors que je n'aurais droit à rien du tout, vu que la colonne vertébrale d'un patron, c'était son problème à lui et pas celui de la solidarité nationale.

Voilà pourquoi je n'embaucherai pas Marcel, parce que, voyez-vous, je suis constructeur de brouettes, pas assureur ni réassureur. Et que si je travaille, comme la majorité des gens, c'est pour moi, et pas pour les autres. Je me suis aussi inquiété de ce que je ferais de Marcel si mes brouettes ne se vendent plus un jour et si je dois me séparer de lui. On m'a alors imprimé un document décrivant par le menu la procédure de licenciement. Je l'ai lue trois fois, avant d'abandonner. J'ai seulement compris que Marcel serait payé à ne rien faire un certain nombre de mois, et que l'argent pour le payer à ne rien faire sortirait de ma poche, alors même que je n'aurais plus de rentrées. Et pour pimenter la sauce, il faudrait que je lui verse une indemnité de licenciement, au moment où l'entreprise n'aurait plus
d'argent, et moi les poches vides et plus de boulot...

J'ai objecté que si les clients ne veulent plus de mes brouettes, ce n'est
bigrement pas ma faute, et que s'ils ne les achètent plus, je n'ai donc
plus de trésorerie, donc je ne vois pas, sauf à puiser dans mes économies,
comment je pourrais rémunérer Marcel, qui ne fabrique plus, avec de et que je dois le respecter et qu'un patron se doit de fournir à ses salariés un minimum de sécurité. A quoi j'ai répondu ne pas comprendre comment je pourrais fournir à Marcel une sécurité que moi je n'aurai jamais... Je leur susurrai aussi que si je voulais embaucher Marcel, c'était pour lui donner un travail, pas pour lui assurer un salaire...

Voilà pourquoi je n'embaucherai pas Marcel, parce que, voyez-vous, je suis constructeur de brouettes, pas nounou sociale. Un monsieur, se prétendant contrôleur du travail, avec des mains bien trop blanches pour savoir vraiment ce qu'était le travail, est venu visiter l'atelier de mon père. Il a poussé des cris de chouca en rut devant l'emboutisseuse, hurlant qu'elle n'était pas aux normes, et que si je mettais un employé devant cette machine, j'irais droit en prison. J'ai répondu que mon père avait travaillé 40 ans sur cette machine vénérable, et qu'il était seulement mort d'être trop vieux. Que de toute façon je n'avais pas le premier sou pour acquérir une nouvelle emboutisseuse, et qu'il y avait mille autres possibilités pour se blesser dans un atelier que d'aller mettre la main sous cette satanée machine.
Voilà pourquoi je n'embaucherai pas Marcel, parce que, voyez-vous, je suis constructeur de brouettes, pas ange gardien.
Puis un jour, quelques mois après mon retour en France, un gentil courrier m'a annoncé que j'allais devoir, moi aussi, donner plus de la moitié de mon bénéfice, après avoir rémunéré Marcel, afin de bénéficier d'une protection sociale contre une montagne de calamités (curieux le lapsus légal qui vous fait bénéficier de choses diverses avec votre propre bénéfice...). J'ai décliné l'invitation, puisque j'avais, durant ma vie dans le Pacifique,
économisé suffisamment pour être à l'abri. On m'a répondu que la On m'a répondu que la protection, dans le doux pays de France, n'était pas une option personnelle, mais obligatoire, sous peine des pires sanctions financières et même de la prison.
Voilà pourquoi je ne vais sans doute pas continuer l'entreprise, et donc pourquoi je n'embaucherai pas Marcel, parce que, voyez-vous, je suis constructeur de brouettes, pas un coffre-fort où vont puiser des gens que je ne connais pas pour me garantir des choses dont je n'ai nul besoin.
A cet instant de mes réflexions sur l'avenir de cette petite entreprise familiale, j'ai regardé l'allure des bâtiments où créchaient ces gens qui voulaient ma peau, je les ai trouvés tristes et laids. J'ai regardé la tête des employés de ces machines bureaucratiques auxquelles je m'adressais, je les ai trouvés déprimés et déprimants, j'ai regardé les imprimés que j'avais reçus, je les ai trouvés illisibles et incompréhensibles. Et j'ai pensé à mon grand-père et à mon père, fiers de leurs brouettes et heureux de satisfaire leurs clients. J'ai pensé au rêve que j'avais, en revenant en France, de retrouver ce bonheur simple durant une dizaine d'années, avant de goûter aux joies de la pêche à la ligne. Je me suis demandé pour quelles obscures raisons j'irais me crever le derrière pour faire vivre cette armée de parasites et entretenir un système qui est à l'absolu opposé de mes valeurs les plus sacrées. Parce que, voyez-vous, le travail a toujours été pour moi synonyme de bonheur. Et ce bonheur-là, tous ces organismes en ont fait un bagne...
Le problème dans tout ça, c'est que nous sommes cinq millions de petits artisans dans ce pays qui n'embaucheront pas Marcel... C'est ballot, n'est-ce pas... Mais après tout est-ce vraiment un problème ? Ne pas embaucher Marcel, ça fera plein de boulot pour les assistantes sociales, les pôlemployistes, les distributeurs de revenus minima, et bien sûr les fabricants de brouettes chinoises... Et la France, vue d'Australie, passera encore un peu plus pour le dernier pays communiste d'Europe de l'ouest. Quant à Marcel, il se demandera longtemps pourquoi je ne l'ai pas embauché Il se trouvera bien quelques bonnes âmes pour lui susurrer que les patrons sont tous les mêmes, ils préfèrent se dorer la pilule dans le Pacifique que de jouer en France un rôle social de solidarité. Je n'ai jamais voulu jouer de rôle social, moi, parce que, voyez-vous, je suis un simple constructeur de brouettes... Et les autres, là-haut, les hauts fonctionnaires qui savent tout sur tout alors qu'ils n'ont jamais travaillé de toute leur vie (dans le sens où mon père entendait le mot "travail"), ils se demanderont longtemps pourquoi je suis reparti. Pas le temps de leur expliquer... Si à Bac+20 ils n'ont toujours pas compris, il est définitivement trop tard...
Dans quelques jours, je vais cesser de riveter des brouettes et je vais repartir dans le bush australien. Je vais fermer la porte du vieil atelier qui a fait vivre ma famille pendant deux générations, et jeter la clé dans la rivière.J'aime toujours ce pays où je suis né, mais je n'ai pas le courage d'apprendre à devenir aussi abruti que ceux qui le dirigent aujourd'hui...

(Anonyme sur le Web)

Partager cet article

25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 09:30
  • Quel plaisir de lire une presse aux ordres du pouvoir, qui s'auto-censure comme passer sous silence les cris et huées à la sortie de notre pas glorieux Président du Salon de l'Agriculture. Cet homme là s'est même permis de refuser une poignée de main à un paysan contestataire, le pôvre, il n'a pas encore compris que la Confédération Paysanne est non grata car honnie par la FNSEA ultra capitaliste et hégémonique...
  • ah ce 49.3 si vilipendé et sorti pour s'évader d'un cul de basse fosse, ah, ce brave gouvernement qui lutte contre le pouvoir d'achat et la création d'emploi avec vigueur, le grand timonier français qui a montré sa sollicitude pour les réfractaires à la boucherie de 14/18 mais aussi son intransigeance à l'encontre de l'Armée, qui empêche les candidats au Djihad à perpétrer les crimes abominables en Syrie pour mieux les garder au chaud chez nous, qui envoie notre beau porte-avions en Mer Rouge avec ses beaux Rafales, au fait dans quel sens souffle le vent..
  • vous avez besoin d'un conseil juridique en ligne, alors pensez à : https://www.expenli.com/
  • vous avez besoin de quelqu'un pour vos tâches administratives : http://www.officeo.fr/
  • vous cherchez des populistes de tout poil mais vous avez LePEN/Mélenchon sous la main, prêt à dire le contraire de la veille ou en BHL l'agitateur sans cervelle, un Tsipras de Syriza qui a manqué son coup et va donc renier ses engagements électoraux..
  • En bref Sarkozy et Cameron ont fait ce que Villepin avait reproché aux Américains et à Tony Blair en Irak, remplacer un dictateur par le chaos, avec le soutien de l’administration Obama comme en Libye...
** Le concours pour les véhicules auto-conduite à basse vitesse dans la circulation publique se réchauffe. Maintenant, le Conseil exécutif des ministres néerlandais a donné son feu vert pour l'exécution de deux navettes sans conducteur dans la ville néerlandaise de Wageningen départ en Décembre 2015. Les navettes électriques seront transporter jusqu'à 8 personnes à partir d'une gare à l'université sur un tronçon d'environ six kilomètres sur la voie publique avec une vitesse maximale de 50 kilomètres par heure. Bien que ces essais seront, les navettes LIGIER fonctionnent de façon autonome sans pilote de sécurité à bord. Les opérations des navettes seront surveillés à distance. Avant les navettes être mis en service les deux chambres du Parlement néerlandais ont besoin de modifier la loi de la circulation néerlandais. Si tout se passe selon le plan, les premiers navettes entièrement autonomes du monde sans chauffeur sauvegarde à bord pourraient faire l'histoire aux Pays-Bas en Décembre!
http://www.driverless-future.com/?p=730

Partager cet article

24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 09:49
****** Un Avenir si magnifique :
En écoutant nos si brillants politiciens, qui savent si bien travestir la médiocrité ambiante en un club MED avec des gentils animateurs, fleurs et paréos à profusion, qui manient la novlangue à la perfection, comme inflation négative, d'intérêts négatifs, rendements négatifs, croissance négative, un des necs les plus fins a été vendre au bon peuple la baisses du déficit budgétaire : il fallait simplement comprendre une baisse du déficit inférieure aux prévisions de l'année, ce qui ne changeait pas grand chose au fait qu'il n'y avait pas de baisse effective, c'est comme les prévisions météos, il suffit de compter les nuages.....négocier un rabais sur le prix de la voiture souhaitée lequel est déjà prévu, mais le porte clefs est offert quand même. Vous croyez que les impôts baissent tout comme les tarifs des bus, métro et taxes diverses, alors vous avez des problèmes d'audition et surtout de comprenette....
En attendant, la dette mondiale s'est accrue de 57 000 milliards de dollars depuis la fin de 2007 tandis que le PIB mondial ne s'est accru que de 25 500 milliards. Les dettes augmentent deux fois plus vite que le PIB qui mesure la somme des dépenses. Deux dollars de dette financent un dollar de dépense.
Alors, si j'ai bien compris, il faut investir dans les dettes car là est le nirvana et la Terre Promise. Dans le royaume d'UBU, on peut emprunter à tour de bras, la dette pouvant être infinie, surtout pour les placements en assurances Vie, qui vous verseront des intérêts pris sur votre capital, qui se soucie de ce qui restera au bout du compte... C'est la corne d'abondance perpétuelle, il suffit d'être gogo pour le croire.
Comme vous le savez si bien mais en tombant chaque fois dans le panneau, les promesses surtout électorales n'engagent que ceux qui les écoutent.
Nous sommes dans la guerre des monnaies devises, en ordre dispersé comme il se doit, tout comme pour l'afflux de migrants musulmans venus relever la courbe de natalité européenne sous l'impulsion de Daech – EIL qui incite au départ des populations mais sans verser de primes... Je ne connais pas encore le niveau du trop plein d'assistés que nous pouvons accueillir, mais sans nul doute important au regard des revenus des braves retraités, au nombre des résidences secondaires, des mobile-homes inoccupés et des résidences de loisirs , tout un programme, ah, cette Europe si généreuse....
Une citation : « Vous n'avez pas raison parce que d'autres sont d'accord avec vous. Vous avez raison parce que vos faits sont exacts et que votre raisonnement est juste. » et : « Si jamais vous vous retrouvez dans un bateau qui coule, l'énergie pour changer de bateau est plus productive que l'énergie pour colmater les trous. »
J'en ai marre des plans concoctés chaque année pour rendre moins crétins les écoliers devenus si débiles, pour lutter contre le chômage qui augmente malgré les crédits, par ces politiciens si médiocres qu'ils détruisent ce qui marche comme le statut des auto-entrepreneurs, sans doute que la réussite effraie les médiocres, que le think tank socialo ''Terra Nova'' remet le couvert d'un loyer pour les propriétaires, pensez donc, ils ne paient pas de loyer après avoir acheté leur logement sur 25 ans et plus...saluons bien bas les fossoyeurs de la Nation. Alors on nous ressort les 15,5% de pauvres recensés en Allemagne en 2013 – c’est à dire 12 millions et demi de personnes – gagnaient moins de 892 euros par mois pour une personne seule. Le rapport énumère les catégories les plus touchées par la pauvreté : les familles monoparentales et les retraités , comme chez nous, comme si cela pouvait nous réconforter. Mais c'est quand même chez eux que vont les jeunes Grecs, Kosovars,... mais pas dans la mouise française, nous accueillent les autres...
Quel avenir avec cette bande d'idiots racornis, vautrés dans les privilèges, avec votre consentement ; bienvenue dans la chienlit française....
Par Germanicus...

Partager cet article

23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 09:38
*** HORREUR ou non ??.. : (Un appel à..)
''"Le terrorisme veut dire frapper de terreur. Ces trois là, dans Paris, ont vraiment réussi. Ils ont terrorisé la population française. Et si trois jeunes sans qualification peuvent le faire, imaginez ce que pourraient faire 30 personnes ou 300 !" …
La pire atrocité commise cette année par un mouvement extrémiste islamiste a été de loin le massacre de plus de 2 000 personnes, perpétré la semaine dernière par Boko Haram au nord-est du Nigeria. Citons aussi les assassinats de 21 chrétiens Égyptiens, citons les attentats de Copenhague, citons la tentative d'exterminer les Kurdes Irakiens, qui se souvient de la lutte de la Russie très sanglantes contre les Tchétchènes fanatisés suite à l'attentat à Moscou à l'Opéra (200 morts), une école quasi exterminée, ?......
Ces groupes extrémistes veulent créer l'horreur, la peur,la démoralisation, alors qu'ils ne sont que quelques milliers. Assurément, la cupidité de certaines élites en Irak, Nigeria, .. sans écarter certaines turpitudes de l'Occident trop occupé à s'enrichir, à profiter des biens terrestres , à capter les richesses mondiales en total égoïsme, …. donnent à ces fanatiques religieux tous les arguments pour montrer la décadence de cet Occident vu comme spoliateur.
Certains soutiennent que les ghettos dans nos villes européennes sont ainsi le ferment alimentant le désir de rendre gorge à ces accapareurs de richesses, même si ce raccourci est faux, tant il existe de différences entre les strates du peuple, des nantis aux miséreux. Il est vrai que la génération actuelle de retraités jouit de bonnes retraites gagnées par leur labeur dans des pays où après une guerre tout fût à reconstruire. Mais comment ignorer le sort des laissés pour compte !.
N'ignorons pas que en Irak comme au Nigeria, les armées gouvernementales sont gangrenées par la corruption, et dont la brutalité contre les communautés locales garantissait aux djihadistes la sympathie et de nouvelles recrues, comme toujours, c'est la pauvreté et l'ignorance au travers d'une religion utilisée comme seul vecteur de culture qui sert à attiser la haine à l'état pur.
Se croire à l'abri derrière des frontières poreuses, dans des États où a été annihilé l'esprit national, le sentiment d'appartenance à une Nation, le sens collectif, est trompeur.
S'il faut exiger que la Turquie cesse son hypocrisie d'attiser les feux et qu'elle ferme ses frontières, s'il faut exiger que les États pétroliers du Golfe Persique doivent contrôler les médias encensant les pro-djihadistes et alimentant indirectement les mouvements extérieurs déstabilisateurs, s'il faut exiger que les États Irakiens et Nigérians, Kényans … cessent la corruption dévastatrice, s'il faut exiger que soit crée rapidement des écoles publiques ouvertes à tous, s'il faut exiger que la guerre entre les Sunnites et les Chiites cesse,(du moins prôner une entente), cesser d'humilier la Russie,….. alors que nos Gouvernants prennent leurs responsabilités, retrouvent leur clairvoyance si cela leur est possible !!, ils le peuvent s'ils le veulent...
Bien que entrés dans le 21ème Siècle, nous sommes dans un monde où les équilibres financiers, monétaires, politiques, religieux, sont en ébullition. L'affairisme, la cupidité, l'égoïsme,l'étroitesse de vues aussi, en sont responsables. Nous risquons de basculer dans le chaos si des mesures drastiques ne sont pas prises à court terme, la chute de Rome, l'après Charlemagne, les anciennes civilisations, nous prouvent que tout est mortel.
Il nous faudra sans nul doute, accepter que le matérialisme n'est pas le bonheur, mais la Liberté, la Quiétude, le droit de vivre avec des Droits et des Devoirs , le respect des croyances des autres, sont l'unique chemin pour vivre ensemble. Restreindre nos envies, nos ambitions, notre consommation pour le respect de cette Planète qui nous accueille, au milieu des siens, n'est-ce pas un Devoir et une Ambition Humaine..
** Par Michel Charrier.
(nota : mais que faisait notre Ambassadeur avec une Femen à Copenhague, avec Lars Vilks, qui a soutenu le massacreur norvégien Breivik , et Auteur du « Mahomet en chien » de 2007 , que se passe-t-il au Quai d’Orsay de M.L.Fabius, dans quel état de délabrement est notre Gouvernement ??.., que l'Ukraine de cette Femen est voie d'implosion..)

Partager cet article

20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 10:13
** Immobilier ( réalité des chiffres) :
La France compte 33,8 millions de logements dont 2,6 sont vacants. La population est de 64,6 millions, soit 2,08 habitants par logement en moyenne. La population augmente chaque année de 464 000 personnes, ce qui génère un besoin naturel de 223 000 logements. Le taux de décohabitation dû aux divorces et séparations est, selon l’Insee, de 0,74 %, créant un besoin de 229 000 logements supplémentaires. Au total, il faut donc construire chaque année 452 000 logements nouveaux pour seulement satisfaire l’accroissement naturel de la demande tel que constaté depuis dix ans et nous y somment à quelques unités près. (http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&id=69&utm_source )
Si l’immobilier rapportait beaucoup et avec peu de risque, alors les logements vacants seraient mis massivement sur le marché et des seniors massivement occuperaient à l’année leur résidences secondaires et loueraient leurs « résidences principales » en ville par exemple. Sauf que l’État avec son incompétence notoire intervient et a pour projet de taxer de 20% les résidences secondaires inoccupées, mais, hélas, quand les taux d'emprunts sont hauts:l'immobilier est bas, et l'inverse est vrai comme en ce moment : taux bas = immobilier sur-évalué. Il commence donc à baisser car les acheteurs ne peuvent pas souscrire des emprunts avec l'immobilier à ce niveau.
« Selon une étude de l’Insee rendue publique ce mercredi, en 2012 la France comptait 112 000 SDF, dont 31 000 enfants. Un chiffre glaçant et en augmentation de 44 % depuis 2001. » Donc, il n'y a pas de pénurie de logements mais le problème est au niveau de l'emploi et du pouvoir d'achat des français.
Les chiffres annoncés par la Fondation de l'Abbé Pierre concernent les mal logés en état de précarité et non un défaut de logement.......
Avec 3 millions de résidences secondaires, la France possède un beau capital immobilier mais dont la valeur va régresser quasi assurément.
*****par Cagouille.

Partager cet article

18 février 2015 3 18 /02 /février /2015 09:36

****** Un petit effort et … :

Les élites politiques ne sont pas stupides. Elles savent bien que leurs intentions sont très impopulaires. Elles savent également que la démocratie donne du pouvoir au citoyen lambda et rend leurs plans impopulaires difficiles à mettre en œuvre … en matière de dirigisme, la France est plus proche de l'excès que de l'abstinence, du communisme que de l'anarchie. On ne peut avoir un contrat valide à moins d'avoir deux parties consentantes et éclairées.

Simone Wapler dit "le gouvernement de la France ressemble à un riche qui ne veut pas réduire son train de vie, qui gémit dès qu’on veut lui arracher un grain de caviar de la bouche, qui exige du cachemire là où du lambswool fait l’affaire. Je vais vous faire grâce des multiples dépenses superflues et gaspillages épinglés par la Cour des comptes. C’est tragi-comique".

Pourquoi se soucier, les gouvernements ont de l'argent à disposition et sans limites par la grâce divine des banques centrales qui impriment à tour de bras, la dette n'a plus d'importance. La monnaie ne vaut que par la confiance et personne, hormis quelques esprits chagrins, ne veut s'en inquiéter, un petit effort et chacun touchera le gros lot à la loterie pour dépenser à tout va, non quand même vous ne voudriez pas prendre une brouette pour aller faire vos emplettes si vous n'avez pas un peu d'or ou d'argent à proposer en échange....

Mais comme vous ne voulez pas comprendre le monde insensé dans lequel nous nous débattons, pauvres citoyens lambda, je vais vous conter deux histoires véridiques qui se déroulent dans notre beau pays, la douce France (sic) :

*-Mamie Loto, une vieille dame qui organisait des lotos pour en reverser tous les bénéfices, je dis bien tous , qui a été poursuivie par le fisc, jugée gravement coupable, condamnée à de la prison avec sursis et à une amende ubuesque et délirante, d'ailleurs elle en est morte quelques mois après le jugement, d'épuisement et d’écœurement car elle avait trop grand cœur, cette pauvre mamie...

*-en ce moment, une vieille dame de 65 ans, gérante d'un café, est traînée devant le Tribunal pour travail dissimulé : son compagnon lui prête la main pour servir une bière de temps à autre, joue aux cartes avec les clients, pensez, il a 70 ans, le Procureur demande 800 euros au titre d'amende et l’URSSAF 4 000 euros,et allez, appuyons sur la tête. Le Juge a relaxé avec bon sens, mais acharnés comme un chien enragé, le Parquet et l'URSSAF font appel … Cette pauvre dame dans un petit village gagne péniblement sa vie, pensez avec quelques verres de vin et quelques bières...

Et vous, pendant ce temps, vous allez craindre les fous fanatisés avec leurs kalachnikovs, alors que le racket étatique vous met une corde au cou, vous pressurise, alors que les swissleaks, les luxleaks, les Thévenoud, Moscovici, vous narguent ??... sincèrement, cela me donne la chair de poule et je sens la moutarde me monter au nez... la Cour des Comptes a beau dire et dénoncer les montages bidon, cela ne change rien, mais bordel dans quel pays sommes-nous ??...

**************par Cagouille. (en colère).

Partager cet article

17 février 2015 2 17 /02 /février /2015 09:58
** Vous n'en croirez pas un mot et pourtant .. :
Sur l'Ukraine, un spécialiste Russe affirme : '' Victor Tretiakov : la crise ukrainienne est devenue pratique pour cacher le début de l'éclatement de l'UE. Sachant que cette crise résulte des erreurs d'hommes politiques occidentaux, avant tout d'Obama et de Merkel. Leurs actes ont provoqué l'effusion de sang et la destruction en Ukraine. Mais après tout l'Occident est très cynique. Et il sait également fermer les yeux au bon moment.Mais les gouvernements sont dirigés par les protégés des "élites" et leur tâche consiste à inonder la planète de sang au nom de la "démocratie". Ils ne s'arrêteront pas même si l'Ukraine, dont la souveraineté et "l'intégrité" sont si chères à l'Occident, éclatait en morceaux. Tous les États dont le territoire a été frôlé par la botte d'un soldat ou celle d'un diplomate de l'Occident s'effondrent tôt ou tard. Il n'y a plus d'URSS, de Yougoslavie, le Soudan est divisé en deux parties, la Libye et l'Irak vacillent. Un sort peu enviable attend la Syrie. Et l'Ukraine ne fera pas exception. ''''''
Edouard Limonov dans le quotidien Izvestia :''Angela Merkel s'est rendue à Washington pour dissuader Barack Obama de livrer des armes létales vers l'Ukraine. La chancelière voulait sauver la peau de l'Europe et pas les vies des habitants de Donetsk, de Lougansk ou de Gorlovka.
http://fr.sputniknews.com/presse/20150211/1014564776.html#ixzz3RQht7FNv '''
Avec l'arrivée au pouvoir de Siryza en Grèce, la politique étrangère de ce pays s'oriente vers la Russie au lieu d'être inféodée à Washington et si des pays sont favorables à l'action militaire de l'OTAN en Ukraine, des dissensions se font jour sur la poursuite des brimades envers la Russie, politiquement et économiquement car cela coûte cher à l'Europe.
Le démontage des manipulations sur les chiffres du chômage aux USA, en France, sont clairement décrites par de nombreux commentateurs. Les approches socialistes font même pitié.
Le chef d'Etat ukrainien Piotr Porochenko tout comme le chef d’État Polonais et ..ont été formés aux USA, on ne peut donc nier l'action américaine dans cette région avec l'OTAN et l'agence NSA d'espionnage.
Ne nous trompons pas, nous sommes dans le camp de l'Occident, mais nous devons comprendre et défendre les intérêts Européens uniquement et savoir apprécier à leur juste valeur les intentions, actions de nos amis... La zone Euro est entrée dans une zone de turbulences, l'unité des pays européens vacille, la marche en avant de l'union européenne est stoppée depuis quinze ans, il est donc vital d'apprécier la situation et ses enjeux pour notre avenir. Notre Démocratie subit des attaques, des Lois censée la conforter la fragilise, trop de Lois visent à nous museler, voyons plutôt à qui profite le crime comme on dit en langage policier.
Voyez comme on multiplie les manœuvres d'enfumage avec DSK, avec Mme Bettencourt, avec la banque HSBC, mais pas du chômage endémique, des fractures sociétales, de notre dette....
"La Russie doit être notre alliée dit dans son blog Jacques Attali ''"Nous pouvons être entraînés dans une guerre absurde, contre ceux qui devraient être nos alliés dans d'autres combats infiniment plus importants" .. Charles De Gaulle parlait d'une Europe de l'Atlantique à l'Oural, pas d'OTAN, nous ne sommes pas en guerre contre la Russie, notre continent est occidental mais souverain.
Vous n'en croirez pas un mot, bien sûr, car cela est si loin de l'agitation médiatique et pourtant, si cela pouvez vous faire réfléchir...
**********************par Cagouille.


Partager cet article

16 février 2015 1 16 /02 /février /2015 09:43
**Comment se promener dans les bois sans se faire tirer dessus
Écrit le 8 février 2015 par Mathieu RICARD..
Tel est le titre du récent livre de Marc Giraud. Bonne question car, comme le souligne l’auteur, « L’extrême complexité des lois et des règlements qui régissent la chasse de loisir, ainsi que leurs inévitables dérogations, tolérances et autres exceptions, empêchent les usagers de la nature de comprendre ce qu’il est possible ou non de faire dans les bois. »
Sur les chemins publics, les chasseurs en activité demandent souvent aux promeneurs de faire demi-tour par mesure de sécurité. Ils posent des panneaux tels qu’« Attention chasse en cours », toutefois ceux-ci n’ont aucune valeur légale pour interdire la circulation. Vous pouvez donc passer — à vos risques et périls.
Les citoyens qui poseraient des panneaux du genre, « Attention balade en cours », « photo de nature en cours » ou « observations ornithologiques en cours », risqueraient fort d’être la risée des chasseurs, ou pire : le 9 août 2013, des photographes d’oiseaux se font tirer dessus dans un marais du Nord à Hondschoote.
Chaque année, plus de 200 millions de cartouches sont tirées dans les campagnes françaises, un quart lors de ball-traps et le reste pour la chasse. Avec une portée dangereuse de trois kilomètres, les balles perdues font peur aux chasseurs eux-mêmes. On compte en moyenne 150 à 200 blessés et une vingtaine de morts par an. Mais tous les accidents ne sont pas recensés. Le 29 août 2013, en Picardie, un enfant de 6 ans est tué par son frère de 23 ans lors d’une partie de chasse. Le 3 octobre de la même année, à Vagnas, en Ardèche, un homme tire sur son fils, qui meurt malgré l’intervention des sapeurs-pompiers. Le 30, un apiculteur est abattu par un chasseur dans les Alpes-Maritimes.
En décembre 2007, le tribunal correctionnel de Draguignan juge un récidiviste ayant déjà tué un adolescent de 12 ans à la chasse en 1985. Il n’avait alors écopé que de dix-huit mois avec sursis, et d’un retrait du permis pendant cinq ans, les peines prononcées pour un homicide à la chasse, même en cas d’imprudence manifeste, consistant en général à la prison avec sursis. Cette fois-ci, l’homme de 63 ans était rabatteur lors d’une battue. Il n’était donc pas censé se servir d’une arme. Il a néanmoins tiré à deux reprises sur un chasseur en le « prenant pour un sanglier ». Il est condamné à trois ans d’emprisonnement dont deux avec sursis. Bref, deux vies = un an ferme.
Vous ne devez en aucun cas conduire en état d’ivresse, mais vous pouvez aller à la chasse. En effet, l’infraction de « chasse en état d’ivresse » n’existe pas. L’état alcoolique n’est pas considéré comme une circonstance aggravante en cas d’homicide à la chasse. Les gardes-chasses n’ont pas le droit d’appréhender les personnes en état d’ébriété. Tout ce qu’ils peuvent faire, lorsque cet état pose un risque avéré pour la sécurité publique lors d’une en action de chasse, c’est d’avertir le préfet qui est en droit de faire procéder à la confiscation des armes. Pendant tout ce temps-là, il peut se passer beaucoup de choses...
En France, la loi ne prévoit aucune journée nationale hebdomadaire de trêve de la chasse qui garantirait la sécurité des promeneurs. Tous les autres pays européens observent des « jours de non-chasse ». En Suisse, dans le canton de Neuchâtel, trois jours sans chasse dont le dimanche obligatoirement ; dans le canton de Genève, pas de chasse du tout, toute l’année. En Grande-Bretagne et aux Pays-Bas, pas de chasse le dimanche. En Espagne, deux à trois jours de chasse par semaine selon les provinces. Au Portugal, la chasse n’est autorisée que le jeudi et le dimanche.
Lorsque je suis en France et que je rends visite à ma mère de 91 ans qui vit dans la belle campagne de Dordogne, durant la saison de chasse, j’hésite à me promener seul et silencieux dans les bois, hors des sentiers battus, de crainte que nos amis chasseurs ne me prennent pour un chevreuil venu de l’Himalaya...
Giraud, M. (2014). Comment se promener dans les bois sans se faire tirer dessus. Paris : Allary Éditions.

Partager cet article

Présentation

  • : AvenueCagouille
  • AvenueCagouille
  • : Porter un regard sans complaisance sur l'actualité,le plus objectivement sous l'angle démocrate-Environnemental-
  • Contact

Recherche